Les meilleurs clips de 2020

Malgré une année compliquée, les artistes ont relevé le défi et nous ont offert des clips inventifs, somptueux et émouvants. Découvrez notre classement.

50. rad cartier & Nyokô Bokbaë –VT ZOOK II feat. Lala &ce 

Réalisé par &ce Recless  

Pour ouvrir le bal, un clip de rap réjouissant qui réunit dans un manoir coloré quelques-uns des rappeur-euses les plus cool de l’année (coucou, Lala &ce !). Vêtus de leurs plus beaux outfits en jean, ils passent un excellent moment et nous aussi.

49. King Krule – Alone, Omen 3

Réalisé par Jocelyn Anquetil

Avec « Alone, Omen 3 », le chanteur britannique King Krule livre un clip absurde, vaguement angoissant et teinté de paranoïa. “J’avais l’impression d’être sorti d’une période sombre et j’étais dans un bon jour”, explique-t-il à propos du morceau et du clip. “J’ai apprécié la dépression… Mais j’ai aussi aimé la manière dont je me sentais mieux en étant dans l’instant présent”. Le film met ainsi des images sur le mal être : “Quand nous imaginions la foule, nous essayions d’imaginer à quoi la solitude pourrait ressembler”, dévoile la réalisatrice du clip Jocelyn Anquetil, amie de longue date de l’artiste. Un clip triste et plein d’espoir à la fois.

48. Pomme- Grandiose

Réalisé et animé par Ambivalently Yours et Pomme

Pomme poursuit en 2020 sa (fructueuse et réjouissante) collaboration avec l’illustratrice américaine Ambivalently Yours, qui avait créé la pochette de son album Les Failles. Pour Les Failles Cachées, l’artiste a non seulement revisité la couverture, mais a également animé le délicat clip de “Grandiose”, un hymne à la PMA et une réflexion sur la pression de la maternité. A l’écran, l’avatar à l’aquarelle de Pomme marche dans les pas d’Alice au Pays des Merveilles et explore un monde intérieur. Un joli clip introspectif, tendre et poignant, à l’image de l’univers de la chanteuse.

47. Myd –Together We Stand

Réalisé par Alice Moitié      

Vous l’aviez peut être croisé au détour de notre playlist de l’été… Drôle, rythmé et rempli de petits personnages absurdes et attachants, il reste l’un des clips les plus solaires de l’année. Pour l’occasion, Myd renoue avec la réalisatrice et photographe française Alice Moitié, à qui l’on devait déja les précédents clips du chanteur, « Muchas » et « All Inclusive ».

46. Lous and The Yakuza – Amigo

Réalisé par Wendy Morgan

Avec seulement quatre clips à son actif, Lous and The Yakuza s’est imposée dans le paysage de la pop francophone comme une artiste aux visuels et aux looks travaillés. Alors que son premier album Gore a rencontré un grand succès cette année, on s’est délectées du clip « Amigo », construit comme une succession de tableaux stylisés à l’inspiration renaissance, au bord des falaises de la Normandie. Comme toujours, la chanteuse a collaboré avec la réalisatrice Wendy Morgan, qui avait également réalisé ses trois autres clips. On espère que ce duo créatif continuera de faire des étincelles en 2021.

45. Phoebe Bridgers – I know the end

Réalisé par Alissa Torvinen

Prisoners, le deuxième album de Phoebe Bridgers, a été chaleureusement accueilli par la critique et a valu à la chanteuse quatre nominations aux Grammys, l’élevant au rang de phénomène incontournable de l’année. Si on a adoré le chihuahua du clip éponyme, sorti il y a quelques semaines, “I know the end” se situe dans un autre registre et illustre brillamment la versatilité de Phoebe Bridgers, capable de passer de l’humour au spleen doux amer le plus intense en un battement de cil. Ancré dans un univers médical et angoissant, il culmine avec une scène quasi surnaturelle, qui peut être lue de mille et une façons. On vous laisse la découvrir.

44. BIA – SKATE 

Réalisé par Jon Primo

Pour le clip de « SKATE », la rappeuse américaine BIA, dont la couleur préférée est définitivement l’orange, rejoue Spring Breakers avec son gang de copines. Résultat ? Un clip puissant, entre feu et glace, qui rappelle qu’il n’y a pas que les rappeurs qui peuvent s’amuser avec des armes et des cagoules. On savoure !

43. Raveena – Headaches

Réalisé par Raveena 

Raveena, queen du multitasking, nous a enchantées avec le petit bonbon rose et tendre qu’est « Headaches », un clip très DIY, que la chanteuse a réalisé et pour lequel elle a peint les décors et tenu le rôle de styliste. On y retrouve l’influenceuse Hitomi Mochizuki dans le rôle de son amoureuse, le temps d’une romance rose, mauve et fuschia. Un vrai plaisir pour les yeux.

42. Dua Lipa – Physical

Réalisé par CANADA

2020 était sans conteste l’année la plus productive de Dua Lipa, dont l’album Future Nostalgia, vraie machine à tubes, a été unanimement acclamé. Côté clip, la chanteuse britannique n’a pas chômé non plus et a notamment collaboré avec CANADA, collectif de réalisateurs barcelonais, pour nous livrer l’étincelant arc en ciel de “Physical”. Un travail de mise en scène impressionnant.

41. Kali Uchis, Jhay Cortez – La Luz

Réalisé par Lauren Dunn

Pour la sortie de son deuxième album, Sin Miedo (del Amor y Otros Demonios), la queen colombienne s’est surpassée. Après l’excellent “Aqui Yo Mando”, réalisé par Philippa Price et en duo avec Rico Nasty, Kali Uchis revient cette fois ci accompagné du chanteur portoricain Jhay Cortez pour un clip caliente. Au programme ? Kitsch bubblegum et cosmique et date avec la belle Softest Hard. A la caméra, la réalisatrice Lauren Dunn, aussi connue pour ses collaborations avec The Weeknd ou Megan Thee Stallion. 

40. Gus Dapperton – Post Humorous

Réalisé par Matthew Dillon-Cohen

Gus Dapperton endosse le rôle d’un comique le temps d’un clip coloré et festif pour la promotion de son nouvel album Orca. Le décor scintillant, celui du club The Sultan Room à Brooklyn, est ici un personnage aussi important que le chanteur lui même. La caméra matérialise les hauts et les bas de la vie de ce dernier, tandis que le réalisateur, Matthew Dillon Cohen, décrit le film comme “le portrait Atlantique City d’un jeune comédien”. Un clip doux-amer et étourdissant.

39. Django – Fury

Réalisé par Dante Palma

Incursion dans l’univers pénitentiaire et sa violence, « Fury » est probablement l’un des clips les plus violents de cette sélection. Le visage du rappeur, qui semble ici frôler la folie, est filmé sans relâche quand il ne cède pas la place à des scènes de maltraitance. Avec son énergie frénétique, le clip prend aux tripes et nous empêche de détourner le regard. Derrière la caméra, le réalisateur Dante Palma, qui a également travaillé avec Django pour les clips d' »A l’envers » et de « Pyramide ». 

38. The Strokes – Bad Decisions

Réalisé par Andrew Donoho

Le concept du clip de The Strokes est drôle et décalé : quelque part dans un univers très télé-achat des 70s, vous pouvez vous offrir un clône personnalisable d’un des membres du groupe. S’ensuit une série de péripéties absurdes et une touche SF qui font du clip de « Bad Decisions » l’un des plus amusants de l’année. Derrière la caméra, Andrew Donoho, qui a également collaboré avec Joji pour l’excellent Gimme Love, ou encore avec Janelle Monae.

37. IDLES – WAR

Réalisé par Will Dohrn

Avec « WAR », le groupe de rock britannique IDLES tient le pari de nous livrer un clip où l’on ne voit que des mains : mais qui se serrent, qui s’étreignent, qui se blessent… S’en dégage une poésie originale et tendre qui rappelle l’importance du contact humain en cette période de distanciation sociale. Le clip a remporté le prix de la meilleure vidéo à la cérémonie des UK Music Video Awards, et c’est mérité.

36. Cardi B – WAP feat. Megan Thee Stallion

Réalisé par Colin Tilley

Pour illustrer le hit de l’année, Cardi B et Megan Thee Stallion ont fait appel au géant du clip américain, Colin Tilley, qui a réalisé plus de 200 clips et qui a collaboré avec des artistes de renom tels que J Balvin, Justin Bieber ou encore Missy Elliott. Le pitch de « WAP » est simple : des chorégraphies impeccables et sexy, des décors très Charlie et la chocolaterie, et des animaux dangereux pour illustrer la puissance des deux rappeuses. Simple et efficace, le clip a été vu plus de 300 millions de fois.

35. MOTTRON – Walk Away

Réalisé par Charlotte Le Bon

Vous connaissez peut-être Charlotte Le Bon pour ses talents d’actrice, mais sachez qu’elle excelle également derrière la caméra. Pour le chanteur français MOTTRON, elle signe ici un clip ultra-dérangeant et génialissime, proche du cinéma d’horreur. Quelque part entre Alice au Pays des Merveilles et The Shining, « Walk Away » fascine et donne envie de plonger plus profondément dans l’univers de la réalisatrice et du chanteur. Un régal !

34. Niska – Siliconé

Réalisé par Ousmane Ly et Adrien Lagier

Place aux meufs ! Un vent d’air frais souffle sur le clip de rap avec le clip de “Siliconé”, issu de son album Mr Sal, paru en 2019. On savoure ce renversement de situation, qui tranche avec les paroles du morceau, et le dynamisme réjouissant du film.

33. Joji – Your Man

Réalisé par Jared Hogan

Le chanteur japonais n’a pas fait les choses à moitié pour la sortie de son album Nectar ; lyrics videos abstraites et surréalistes, petits films rigolos… Mais avec “Your Man”, il passe un cap et nous livre un clip proche du sublime. Touchant et surprenant, il met en scène un étrange cosmonaute perdu sur Terre. Un clip plein de finesse qui éblouit.

32. Laylow – Poizon

Réalisé par Osman Mercan

Après avoir terminé 2019 sur l’incroyable clip de « Megatron », Laylow nous a offert en 2020 un aller simple pour Trinityville, son nouvel univers et album. Toujours en collaboration avec Osman Merca, qui a réalisé ses clips précédents, nous sommes invités à pénétrer dans un monde dystopique et bionique, dans la veine de l’esthétique chère au rappeur. On a adoré « Poizon », dans lequel ce dernier erre dans un bar où des boxeuses humanoïdes remplacent les strip-teaseuses. Un clip très Blade Runner 2049, digne des meilleurs films de SF.

31. Chloe x Halle – Do It

Réalisé par C Prinz

L’album Ungodly Hour de nos sœurs préférées n’est pas passé inaperçu cette année et a reçu un accueil enthousiaste de la part des critiques et du monde de la musique. De notre côté, on a craqué pour le clip de « Do It », avec ses références aux clips RnB des années 2000s, ses tons orangés digne du plus beau coucher de soleil de studio, et surtout, sa chorégraphie ultra maîtrisée, signature du duo. Le clip réussit, sans forcer, la prouesse d’allier hommage nostalgique à la culture MTV et modernité visuelle.

30. мчт – неведомый мир

Réalisé par Aisultan Seitov

2020 a été une année très productive pour le réalisateur kazakh Aisultan Seitov : il a entre autres réalisé les clips de Migos, de Joji ou de Tyler the Creator. Mais celui qui nous a le plus époustouflé reste le clip qu’il a signé pour le rappeur мчт, kazakh lui aussi. Le morceau, intitulé неведомый мир (unknown world), est rehaussé par l’écrin virtuose d’un film à la cinématographie impeccable, entre noir et blanc et brasier en couleur. Le réalisateur nous livre sans aucun doute l’un des clips les plus sublimes et puissants de l’année.

29. ROSALÍA & Travis Scott – TKN

Réalisé par Nicolas Mendez pour CANADA

« TKN » était sans doute l’une des collaborations les plus savoureuses de l’année, et la rencontre des deux monstres de la musique devant la caméra ne nous a pas déçues. Rosalía poursuit ici sa collaboration de longue durée avec le collectif de réalisateurs barcelonais CANADA et invite à son tour Travis Scott dans son univers, après être apparue sur un remix de « HIGHEST IN THE ROOM ». Un clip rythmé et efficace qui donne envie de danser, justement récompensé du prix du meilleur clip musical aux Latin Grammys.

28. Lewis Del Mar – The Ceiling

Réalisé par rubberband

Plein de taches de couleurs, de jeux de lumières et de gribouillis sur pellicule, le clip de « The Ceiling » est étrangement apaisant. Réalisé pendant le confinement par le duo rubberband, il oscille entre la claustrophobie d’une chambre et le réconfort d’un chez soi. Un clip proche de l’art abstrait qui hypnotise et séduit.

27. Dana Gavanski – Good Instead of Bad

Réalisé par Ralitsa Doncheva

Oh, s’évader un instant dans l’univers délicat et estival de Dana Gavanski… On savoure ce clip à l’esthétique super 8, doux comme la première pêche de l’été. Pour ce single extrait de son premier album, Yesterday Is Gone, la chanteuse canadienne a collaboré avec son amie de longue date, la réalisatrice et photographe Ralista Doncheva, et a tourné ce clip très intime avec sa mère et sa grand mère sur une île en Croatie. 

26. Grimes – Delete Forever

Réalisé par Grimes, Mac Boucher et Neil Hansen

A l’occasion de la sortie de son album Miss Anthropocene, Grimes nous a régalé de visuels uniques dont elle seule a le secret. On se rappellera le clip personnalisable sur fond vert de “You’ll miss me when I’m not around” et la vidéo d’animation 3D pour « Darkseid », son duo avec 潘PAN. Pour son single « Delete Forever », étonnante balade aux accents country, la chanteuse co-signe un clip plan séquence, dans lequel elle trône au centre d’un univers extra-terrestre qui s’effondre. Un mélange de prise de vue réelle et d’animation, qui rend hommage et s’inspire du quatrième tome du manga Akira.

25. 070 Shake – Guilty Conscience

Réalisé par Lauren Dunn

“Bien que je ne sois pas un garçon, je voulais montrer un garçon qui est brisé, comment il gère son chagrin  quand il n’est pas autorisé à pleurer”, explique Dani Moon, alias 070 Shake, en ouverture du clip de « Guilty Conscience ». Désireux d’explorer les impératifs de la virilité, le clip alterne entre vulnérabilité et violence, hanté par la présence de la chanteuse qui endosse elle-même les codes de cette masculinité. Réalisé par Lauren Dunn, photographe et réalisatrice prolifique dont on parlait plus haut, le film, sous ses airs de coming of age, éblouit par sa délicatesse.

24. ascendant vierge – Influenceur

Réalisé par Kevin Elamrani-Lince et Golgotha

Le duo français ascendant vierge, composé de Mathilde Fernandez et Paul Orzoni, a sorti en octobre 2020 un premier EP, Vierge qui donne envie de se déchaîner sur la piste de danse. En attendant la réouverture des boîtes, on a savouré le clip hybride d’ »Influenceur », mélange de prise de vue réelle et d’incrustations à l’esthétique internet kitsch, auquel ont collaboré de nombreux digital artists du monde entier. L’idée ? Réfléchir à nos interactions en ligne, aux filtres instagram et à la diversité du monde contemporain. Le résultat est quasi extra-terrestre et très numérique, quelque part entre le cyberpunk et la techno. 

23. Silly Boy Blue – Hi, It’s Me Again

Réalisé par Alizée Andrejka

Difficile de ne pas succomber à la douceur et à la poésie de l’univers d’Ana Benabdelkarim, alias Silly Boy Blue (un nom de scène qui rend hommage à David Bowie). Véritable petit ovni de la scène francophone, elle a sorti en 2020 plusieurs clips intimistes à la préciosité délicate. On est restées éblouies par le surréalisme de “Hi, It’s Me Again”, prouesse de montage bourrée de références aux maîtres du genre (Dalí et Lynch, pour ne citer qu’eux). Sur un fond élégant de velours bleu, la chanteuse se démultiplie et nous ensorcelle avec son chant de sirène.

22. Biig Piig – Switch

Réalisé et animé par Alice Bloomfield

Bienvenue dans l’univers artistique décapant, opulent et girly de l’illustratrice Alice Bloomfield ! Avec son côté film d’action et ses visuels uniques, « Switch » est sans doute l’un de nos clips d’animation préférés de l’année. Son style unique et ultra moderne n’est pas sans rappeler l’univers de l’anime, version cool kid. Un clip unique et explosif.

21. Rico Nasty – Own It

Réalisé et animé par Philippa Price

Rico Nasty s’est imposée dans le rap américain grâce à son style audacieux et éclatant. Sa rencontre avec Philippa Price, réalisatrice de clips de renom au style tout aussi excentrique et qui compte à son actif des collaborations avec Rihanna ou Pharell, semblait prédestinée. Le résultat est aussi indescriptible qu’unique : looks absurdes et savoureux, explosion de couleurs vives… Leur créativité atteint ici des sommets d’exubérance. Philippa Price s’est exclamée sur Instagram “Quel rêve de travailler avec une artiste qui n’a pas peur d’aller jusqu’au bout !” et on est complètement d’accord.

20. Ichon – 911

Réalisé et animé par Global

Alors que sortait en septembre dernier son premier album Pour de vrai, le rappeur Ichon nous a abreuvé tout au long de l’année de clips poétiques, fleuris, absurdes, tantôt drôles, tantôt émouvants. Nous retiendrons la délicatesse de « 911 », qui alterne les plans en intérieur et en extérieur, et nous embarque pour un voyage en Provence au milieu des champs de lavande. 

19. Jazzboy – Jazzapocalypse

Réalisé et animé par Jazzboy

Avec ses clips décalés, poétiques et grinçants, qu’il (co)réalise souvent, Jazzboy est définitivement l’un des phénomènes pop français les plus fascinants. Cette année, on a été séduites par l’originalité de ce film en noir et blanc, à l’esthétique gothique DIY. Un faux cimetière, des costumes de papillons de kermesse, la copine du chanteur qui tient son propre rôle… et on s’y croit. Chapeau bas pour ce petit bijou unique dans le paysage audiovisuel.

18. Lady Gaga – Rain On Me feat. Ariana Grande

Réalisé et animé par Robert Rodriguez

2020, c’était certes l’année du COVID, mais surtout, c’était l’année de Chromatica, le sixième album de Lady Gaga. Pour ouvrir cette nouvelle ère, la reine de la pop nous a offert un duo iconique avec une autre figure majeure du genre, Ms. Grande, qui nous a elle aussi régalé avec la promotion de son album positions. Dans un monde très cyber-punk mais toujours glamour, les deux chanteuses célèbrent leur résilience en effectuant une chorégraphie sautillante sous la pluie. Version dystopique de Singing in the rain ou version musicale de Sin City (rappelons que Robert Rodriguez a co-réalisé le film) ? On ne saurait trancher, mais on adore leurs outfits, les mouvement de caméra, et ce petit côté film noir pop.

17. Lulu Van Trapp – Brazil

Réalisé et animé par Lucie Bourdeu

En 2019, on avait adoré le premier clip de Lucie Bourdeu, « Laisse Lucifer » pour le groupe Faire, et son esthétique à la fois glam et gore. En 2020, nous avons été éblouies par « Brazil », le clip en noir et blanc déjanté qu’elle a signé pour les français Lulu Van Trapp. Qualifié de “fantasmagorique” par le groupe, le clip traite selon eux et la réalisatrice du désir féminin, de sa monstruosité lorsqu’il est affiché, de liberté et d’injonction à la beauté. Chez TÉMA!, on a été séduites par son rythme effréné, sa photographie maîtrisé à la limite de la parodie et son extravagance kitsch de série B. Lucie Bourdeu est sans conteste une cinéaste à suivre de très près en 2021.

16. ROSALÍA – Juro Que

Réalisé et animé par Tanu Muino

Sorti au début de l’année 2020, le clip de « Juro Que », un morceau définitivement plus flamenco que pop, est venu réchauffer notre terne mois de janvier. La chanteuse a travaillé avec la réalisatrice Tanu Muiro et s’est invitée dans son univers coloré et sucré pour nous offrir ce qui pourrait bien être le plus beau décor de clip de toute l’année : un parloir de prison revisité, dont l’éclat du côté visiteur contraste avec la sobriété de la cellule, de l’autre côté de la vitre. Avec ses couleurs monochromes dont la monotonie n’est rompue que par les tenues de Rosalía, la pièce n’est pas sans rappeler certaines scènes des comédies musicales de Vincente Minnelli. On saluera la direction artistique de Pilar Vila Tobella, dite Pili ou Daikyri, bras droit de longue date de la star, la femme derrière les looks triomphants qu’affiche cette dernière, ainsi que le jeu de miroir remarquablement maîtrisé que nous offre le clip.

15. Shygirl – SLIME

Réalisé et animé par Shygirl et Aidan Zamiri

Quelle Shygirl 3D êtes vous ? Pour notre plus grand bonheur, la chanteuse nous a présenté en 2020 ses avatars Bratz ultra glamours. Quelque part entre la féérie des Winx et le digital, ses clips hybrides s’inscrivent dans l’air du temps et jouent avec les possibilités qu’offre aujourd’hui le numérique aux artistes. Derrière la caméra, le réalisateur Aidan Zamiri, cool kid à l’esthétique VHS non dénuée d’humour, qui a également réalisé l’excellent clip de Sum Bout U pour 645AR et FKA Twigs et qui explore l’obsession contemporaine pour l’image de soi et ses déclinaisons.

14. Kompromat – De mon âme à ton âme

Réalisé et animé par Claire Burger

Comment ne pas être époustouflé par l’éblouissant clip du groupe français Kompromat, composé de Julia Lanoë et Vitalic ? Porté par la seule, l’unique Adèle Haenel, ici hypnotisante aux côtés du duo, il rend un bel hommage à L’Enfer de Georges Clouzot, dont il reprend le psychédélisme et l’onirisme. A la caméra, on retrouve la réalisatrice française Claire Burger, primée à Cannes en 2014 pour le long métrage Party Girl, qui signe ici son premier clip. 

13. Asaf Avidan – Anagnorisis

Réalisé et animé par Wim Wenders

La collusion entre le cinéma et le clip est souvent riche et fructueuse, et la collaboration du grand Wim Wenders avec le chanteur israélien Asaf Avidan en est la preuve ultime. “Je connais tous ses disques et sa voix me donne la chair de poule”, confiait le réalisateur en 2018. Avec son clair de lune, ses paysages immobiles et déserts et sa chorégraphie contemporaine, le clip s’impose comme un véritable tour de force cinématographique. On y retrouve l’amour du cinéaste pour les espaces urbains industriels et son regard proche de l’abstraction. Quelque part entre le film et la performance (envoûtante Bobbi Jene Smith), la beauté des images et son émotion contenue nous font chavirer. On n’en attendait de toutes façons pas moins de cette rencontre au sommet.

12. Yseult – BAD BOY

Réalisé et animé par THIBAULT-THÉODORE

Yseult n’a jamais lésiné lorsqu’il s’agissait de nous laisser bouche-bées face à ses visuels coups de poing. Alors qu’elle a sorti en novembre son nouvel EP BRUT, qui fait suite à Noir, paru en 2019, la chanteuse renoue avec le concept du clip fort et épuré, qui place au centre du regard un corps féminin vulnérable et puissant à la fois, dépouillé de tout artifice. Elle collabore pour l’occasion avec le photographe et réalisateur THIBAULT-THÉODORE et se prête, aux côtés du rappeur Ichon, aux délices du bondage le temps d’une passion éphémère et enflammée. Une véritable célébration de la diversité des corps noirs et du désir, magnifié par la photographie léchée du réalisateur.

11. Mansfield.TYA – Auf Wiedersehen

Réalisé par Nicolas Medy

En 2020, le duo nantais Mansfield. TYA, composé de Julia Lanoë (toujours elle !) et Carla Pallone, a annoncé la sortie de leur nouvel album, Monument ordinaire, et fait son grand come-back avec un nouveau single et surtout, un nouveau clip. Enraciné dans un univers mi médiéval mi fantasy, ce dernier frappe par son imaginaire et son ambition ; tourné dans une abbaye, il brasse des références cinématographiques (pensez Le nom de la rose, pensez La passion de Jeanne d’Arc) qu’il recycle avec un kitsch queer absolument savoureux. Grandiose, puissant, romantique, il détonne dans le paysage du clip français et se regarde en boucle.

10. Dorian Electra – Guyliner

Réalisé et animé par Dorian Electra et Weston Allen

Que vous dire si vous n’avez pas déja succombé au charme de l’oeuvre résolument pop, résolument emo et résolument queer de Dorian Electra ? Toujours dans les tons vert néon de son dernier album, My agenda, iel nous entraîne dans un univers très Avril-Lavignesque digne des meilleurs moments des années 2000s (oh, les cravates fluos à rayures…). Ajoutez à tout ça des incursions dans d’autres univers stéréotypés (le joueur de football américain, le pilote de formule 1 et une sorte de laboratoire fin XIXème) et on obtient l’un des clips les plus flamboyants de l’année.

9. Orville Peck – Queen of The Rodeo

Réalisé par Austin Peters

On ne se lasse plus des visuels d’Orville Peck et de sa réinterprétation queer de la country. Avec « Queen of the Rodeo », l’un des des quatre clips que l’artiste a sorti cette année (dont un, très réjouissant, avec Shania Twain), le chanteur embrasse encore davantage cette posture et frappe très fort. Sur toile de fond de l’Amérique profonde (concours de beauté, rodéo et comptoir de bar), deux drag queens éblouissantes (Thanks Jem, Louisianna Purchase) crèvent l’écran aux côtés de prétendantes également fascinantes (dont Minxie Mimieux, réelle performeuse de Dallas) le temps d’un beauty pageant texan. Un mini-film burlesque et glamour, à savourer sans modération.​​​​​​​

8. Rina Sawayama – Bad Friend

Réalisé par Ali Kurr

Rina Sawayama est sans conteste l’une des artistes les plus fascinantes de l’année, et la sortie de son premier album studio, Sawayama, lui a offert l’occasion de dévoiler ses compétences d’actrice et de performeuse. Les différents clips qu’elle a sorti cette année ont révélé qu’avec son style unique, à la fois pop et digital, la chanteuse est capable de puiser dans un univers très personnel afin de se réinventer visuellement. Chez TÉMA!, nous avons eu un faible pour la sobriété et l’émotion toute en retenue de « Bad Friend », un clip très minimaliste réalisé par la talentueuse Ali Kurr, avec qui la chanteuse avait également collaboré pour « XS ». Ici travestie en garçon, Rina Sawayama joue les piliers de bars le temps d’un drame sans parole sans parole à la photographie magnifiée par le noir et blanc. Avec son format quatre-tiers et son esthétique de cinéma d’auteur, le clip contraste délicieusement avec les sonorités pop éclatantes du morceau. Un petit chef d’oeuvre d’acting et de mise en scène.